Vivre Seichamps

Visite au Sénat

visteSénat

En mai dernier un groupe de membres de l’association s’est rendu au Palais du Luxembourg pour une visite guidée du SENAT. Après un accueil par Jacqueline PANIS , ancien sénateur, la visite commence sous les explications d’un agent du sénat. Au cours de la visite de nombreuses rencontres fortuites ont eu lieu, avec Isabelle DEBRE Vice-Présidente du Sénat, Jean-Pierre RAFFARIN, ancien Premier Ministre, Jean-Claude GAUDIN, ancien ministre, sénateur maire de Marseille, et le Président Gérard LARCHER qui a aimablement accepté de poser pour une photo. Nous avons pu visite l’hémicycle de l’intérieur et remarquer les places de certains sénatuers célèbres et assister à un extrait de la séance qui débattait sur la loi« NOTRE » réforme des territoires. La visite de la bibliothèque était un moment privilégié où nous avons pu admirer l’oeuvre de DELACROIX. Avant notre départ nous avons également rencontrés les quatre sénateurs de Meurthe et Moselle et remercié plus particulièrement Jean-François HUSSON , qui venu avec son photographe permettait d’immortaliser notre passage en ce lieu chargé d’histoire. Une météo clémente permettait une pause agréable dans le Jardin du Luxembourg, poumon vert de Paris et jardin très prisé par les parisiens et les cinéastes qui y ont tourné bon nombre de films.. En fin d’après-midi, après une journée bien remplie nous avons repris le bus pour regagner Seichamps. Ce fut un bon moment à graver dans nos mémoires.

Jacqueline Panis

Notre nouveau canton “Grand Couronné”

Nous devons tirer plusieurs enseignements du résultat du Ier tour de l’élection départementale.

Une triangulaire nous attend pour ce second tour.

Face à la présence de l’extrême droite , au coude à coude , avec la droite, nous devons apporter toute notre énergie pour inciter les électeurs à aller voter. Ne laissons pas l’extrême droite envahir notre territoire.

Mobilisons-nous!!!

A propos d’autres cantons, permettez-moi de passer un “coup de gueule” c’est inadmissible que par orgueil il y ait eu pluralité de candidatures de droite et que cela aboutisse à un duel FN/PS au second tour!!!!

Vivre Seichamps

#OUIJEVOTE

Source ministère de l'intérieur

Source ministère de l’intérieur 2015

Vivre Seichamps

Abandon du projet de gare TGV à Vandières

Les Nancéens et Seichanais s’étaient prononcés POUR !
La décision définitive est tombée…

La Lorraine abandonne un projet de gare TGV repoussé par une consultation publique

Publié le • Par  l’AFP
Le président PS de la région Lorraine, Jean-Pierre Masseret, a annoncé jeudi que le projet controversé d’une nouvelle gare TGV à Vandières (Meurthe-et-Moselle) ne pouvait “pas être engagé” après la victoire du “non” lors d’une consultation publique régionale le 1er février.
« Les Lorrains ont dit majoritairement non à Vandières, point final. Cela ne peut pas se discuter en démocratie », a déclaré M. Masseret à la presse à l’issue d’une séance plénière du conseil régional consacrée à l’analyse de la consultation publique.
Celle-ci avait très faiblement mobilisé les quelque 1,6 millions de Lorrains inscrits sur les listes électorales, avec plus de 90% d’abstention. Parmi les votants, 58,57% s’étaient exprimés contre la nouvelle gare, située à moins de 20 km d’une autre gare TGV à Louvigny (Moselle), selon des résultats définitifs.
« Tout ça pour ça », a soupiré jeudi l’UMP Nadine Morano, chef de file de l’opposition de centre-droit au conseil régional, accusant M. Masseret d’avoir organisé la consultation publique par « lâcheté politique ». « Aujourd’hui vous vous prenez le boomerang de votre coup politique en pleine figure », lui a-t-elle adressé en séance.
Dès 2000, les collectivités lorraines et l’Etat s’étaient engagés à prévoir une gare TGV à Vandières, petite commune entre Metz et Nancy, à l’endroit où le réseau TER croise aujourd’hui la ligne LGV Est.
Cependant en raison de contraintes techniques sur ce site, liées notamment au relief et à l’urbanisation, la création d’une gare TGV temporaire à Louvigny, en rase campagne, avait été décidée auparavant pour être dans les délais de la mise en service du premier tronçon de la LGV Est en 2007.
Bien qu’uniquement accessible par la route, la gare de Louvigny, qui a coûté près de 63 millions d’euros selon la Cour des comptes, rencontre aujourd’hui un certain succès, dépassant ses objectifs initiaux avec plus de 600.000 voyageurs par an.
Vieille promesse électorale de M. Masseret, le projet de construire Vandières avait été relancé en octobre dernier, l’Etat ayant donné son feu vert à son financement via les recettes de la taxe régionale sur les carburants (TICPE) à hauteur de 120 millions d’euros.
Mais les anti-Vandières redoutaient une facture réelle beaucoup plus élevée, notamment en raison des aménagements routiers à réaliser et de la reconversion incertaine de Louvigny en gare de fret à grande vitesse. Ils critiquaient aussi le recours à une consultation publique de 300.000 euros, y voyant un « gâchis d’argent public ».